CinémAction n°107 – L’écran amoureux

19,00

Ce numéro fait le constat qu’il n’est probablement pas un film dans l’histoire du cinéma où il n’est question d’amour. Mais plutôt que de se pencher sur un « genre », l’ouvrage va débusquer la lecture des rapports amoureux dans la comédie, le mélodrame ou le film noir, se penchant plus spécifiquement sur l’amour et la famille, l’amour et la mort ou encore sur la fin des interdits avec la réalisation des fantasmes et des passions hors normes.

213 en stock

UGS : 51 Catégories : , Étiquette :

Description

Sommaire

  • Préambule, par Denitza Bantcheva
I . Amour et société
  • Les différences sociales : un obstacle insurmontable ? (Sabrina et La garçonnière de Billy Wilder), par Gaëlle Bosser
  • Quand l’Histoire se mêle des histoires d’amour (Le silence de la mer de Jean-Pierre Melville, Quelle joie de vivre de René Clément), par Denitza Bantcheva
  • Valeurs sociales et rapports de couple (Le mépris de Jean-Luc Godard, L’Avventura et L’éclipse de Michelangelo Antonioni), par Philippe Coutarel
  • La comédie à l’italienne : le retour de Casanova, par Michel Serceau
  • Les configurations sociales des sentiments (La ronde de Max Ophuls, Une journée particulière d’Ettore Scola, Le goût des autres d’Agnès Jaoui), par Stéphanie Dast
II. L’amour et la famille
  • Le voyage immobile et le désir fantôme : un éloge ambigu du couple (Le mari de la coiffeuse de Patrice Leconte et La vie est belle de Frank Capra), par Gilles Ménégaldo
  • Les ravages du mariage (Les rapaces d’Erich Von Stroheim, La Poison de Sacha Guitry, La femme du chef de gare de Rainer-Werner Fassbinder), par Philippe Coutarel
  • Le cercle familial et son influence (Fanny et Alexandre d’Ingmar Bergman, Secrets and Lies de Mike Leigh, Happiness de Todd Solondz), par Élizabeth de Cacqueray
  • Inceste et décadence (Les damnés de Luchino Visconti et Chinatown de Roman Polanski), par Anne-Gaëlle Feger
  • Le père, figure destructrice (Doux oiseau de jeunesse, La chatte sur un toit brûlant de Richard Brooks, Festen de Thomas Vinterberg et The War Zone de Tim Roth), par Andrea Grunert
  • La domination maternelle (Les arnaqueurs de Stephen Frears, La Reine Margot de Patrice Chéreau, Rêve de singe de Marco Ferreri), par Mariange Ramozzi-Doreau
III. La fin des interdits
  • Les fantasmes réalisés (Belle de jour de Luis Bufluel, Le dernier tango à Paris de Bernardo Bertolucci), par Jean-Louis Vincendeau
  • Cinéma britannique : la fin des tabous ? (de Brief Encounter à Notting Hill en passant par Sunday, Bloody Sunday), par Philippe Pilard
  • Le tabou de l’homosexualité (Tenue de soirée de Bertrand Blier, L’homme blessé de Patrice Chéreau, J’embrasse pas d’André Téchiné), par Anne-Gaëlle Feger
  • L’illégalité amoureuse (Lolita de Stanley Kubrick, Simple Men de Hal Hartley, C’est la tangente que je préfère de Charlotte Silveira), par Raphaëlle Costa de Beauregard
  • Les passions peu communes (L’ange bleu de Joseph Von Sternberg, Max, mon amour de Nagisa Oshima, Trop belle pour toi de Bertrand Blier), par Hizar Slim
IV. Passion et illusions
  • Fuyants objets de l’amour (Léon Morin, prêtre de Jean-Pierre Melville, L’histoire d’Adèle H. de François Truffaut, Tout ce que le ciel permet de Douglas Sirk), par Mariange Ramozzi-Doreau
  • Le sordide et la pureté (Le professeur de Valerio Zurlini, Breaking the Waves de Lars Von Trier), par Denitza Bantcheva
  • Un espoir plus fort que tout (Le mariage de Maria Braun de Rainer-Werner Fassbinder, L’important c’est d’aimer d’Andrzej Zulawski), par Jean-Max Méjean
  • Le parti pris du rêve (La rose pourpre du Caire de Woody Allen, Pandora d’Albert Lewin, Love me de Laétitia Masson), par Raphaëlle Pache
  • Fascination à distance (Brève histoire d’amour de Krzysztof Kieslowski, Monsieur Hire de Patrice Leconte), par Rory Mulholland
V. L’amour et la mort
  • Détruire pour aimer (Ossessione et Sensu de Luchino Visconti, Les félins de René Clément), par Denitza Bantcheva
  • L’amour, les sens et l’absolu, par Michel Serceau
  • De l’amour en tant que nature morte (La grande bouffe et Liza de Marco Ferreri), par Stéphanie Dast
  • Les fantômes de l’amour : combien petit est notre monde… (Laura d’ Otto Preminger, L’aventure de Madame Muir de Joseph L. Mankiewicz, Fantôme d’amour de Dino Risi), par Raphaëlle Pache
  • L’amour plus fort que la mort (Quand passent les cigognes de Mikhaïl Kalatozov, L’insoumis d’Alain Cavalier), par Denitza Bantcheva
Livres, sous la direction de Guy Gauthier

 


À propos de la coordinatrice

Ecrivaine et critique, docteur es lettres modernes, Denitza Bantcheva a publié des romans, récits, nouvelles, poèmes, ainsi que des écrits de cinéma, dont Jean-Pierre Melleville de l’œuvre à l’homme (L’Herne). Elle a dirigé pour CinémAction les numéros 92 : Stars et acteurs du cinéma français, 96 : L’univers de Joseph Losey, 107 : L’écran amoureux, et 117 : Fassbinder l’explosif.

Informations complémentaires

Année de parution

2003

Dimensions

17,0 x 24,0 cm

ISBN

9782854809874

Nombre de pages

238

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “CinémAction n°107 – L’écran amoureux”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *